Solitaire Urgo Le Figaro. Le vent arrive…un peu

Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) mène la flotte de cette dernière étape de la Solitaire Urgo Le Figaro, devant Sébastien Simon (Bretagne Crédit Mutuel Performance) le plus à l’Ouest et Nicolas Lunven (Generali) à l’Est distants de près de 3 milles.

A 70 milles de Wolf Rock, le jeu des petits placements ne fait que commencer, alors qu’en queue de flotte cinq concurrents bloqués par le courant n’ont toujours pas embouqué le chenal du Four…

Un petit vent d’ouest, il n’en faut pas plus pour avancer à 6 nœuds vers l’Angleterre. Même si la petite houle déstabilise les spis, on est loin des affres de la pétole dans laquelle les concurrents étaient encore bloqués hier soir. Une fois aspirés par le courant du chenal du Four, ils sont passés en file indienne à la Grande Basse de Portsall et chacun a ensuite ajusté sa trace. Certains ont tiré la barre, trop contents d’accélérer, d’autres ont cherché à rester loffés au maximum sur la route directe et la flotte s’est ainsi évasée.  A l’Est, Nicolas Lunven se déclarait « bien content du regroupement d’hier dans le Four. Alexis s’était vraiment échappé et c’est le danger de ce type d’étape pour le leader. Là, il s’est fait rattraper par la patrouille et la course redémarre ». Un nouveau départ, c’est ce que notait aussi Sébastien Simon qui s’est arraché pour revenir dans le groupe de tête, avouant n’avoir pas dormi plus d’une heure en deux nuits. « De toutes façons, je veux tout donner sur cette étape. J’ai été deux fois en tête et deux fois j’ai subi des mauvais coups et j’ai trouvé ça injuste. J’espère que c’est la dernière fois que j’ai à revenir dans le paquet ! »

Tous les leaders au classement général se tiennent en moins d’1,5 mille, bizuths compris alors qu’il reste encore 380 milles à courir d’ici Dieppe. Très régulier et toujours placé, Charlie Dalin mène le bal, bien centré comme à son habitude. Le vent encore très instable mais qui pourrait fraîchir à l’approche de l’Angleterre ne devrait pas provoquer trop de mauvais coups sur cette première traversée de Manche. Ni d’option très marquée d’ailleurs, les concurrents se laissant logiquement porter par le courant traversier, un coup à l’Est, un coup à l’Ouest.

Chacun va pouvoir utiliser ces 70 milles pour quelques bonnes siestes même si l’instabilité en direction et les mouvements de la mer, qui semble à nouveau respirer par ici, imposent d’être très présents aux réglages.

En queue de flotte, si Yannig Livory (Lorient Entreprendre) a passé ce matin la basse Portsall, cinq concurrents (Arthur Prat, Théo Moussion, Marc Pouydebat, Benjamin Augereau et Nathalie Criou) ont vu se refermer la porte devant eux et devront attendre le milieu de matinée pour trouver des conditions plus favorables pour rallier la Manche.

Partager :

  • Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquer pour imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Plus
  • Cliquez pour partager sur Pinterest(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Tumblr(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager sur Skype(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Pocket(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Reddit(ouvre dans une nouvelle fenêtre)